Lettre info n°27

Enviado por Chomat Françoise el Jue, 18/03/2021 - 21:48
French

Félicitation à toute l'équipe de Fou de basson pour cette nouvelle version de la lettre d'info!

J'aime beaucoup le nouveau look avec le menu à droite!

J'aime beaucoup l'interactivité dans la tribune des critiques de disques qui permet d'écouter l'extrait tout en lisant les critiques!

etc ...

Peut-être sera-t-il possible dans une prochaine lettre de joindre une partition à l'écoute et à la critique?

J'espère que beaucoup d'adhérents prendront le même plaisir que moi à lire cette lettre. Merci à tous

Françoise

Comentarios

Bravo pour les commentaires d écoute du concerto de Mozart.

Deux précisions: les cadences interprétées par Allard sont de Edouard  Flament  et non de Eugène Jancourt.

D' autre part , Allard ne respirait pas par le nez mais par la bouche en aspirant beaucoup d air, d ou ce souffle entendu sur l' enregistrement

FdB a reçu ce message de Mme Oubradous-Quattrocchi, fille de Fernand Oubradous:

J’ai lu avec très grand plaisir le numéro spécial  la tribune des critiques de disque Mozart: la présentation en est originale, précise, intéressante alors qu’habituellement je n’apprécie pas beaucoup ces comparaisons  de divers artistes… allusion à l’émission éponyme!

 Je voulais simplement préciser que mon père Fernand OUBRADOUS a été soliste à l’Opéra de 1935 à 1953. Il était au même pupitre que son père François OUBRADOUS qui lui  a fait toute sa carrière à l’Opéra jusqu’à sa retraite (à l’âge de 72 ou 73 ans à l’époque).

Il existe à la BN une photo de l’orchestre de l’Opéra de Paris (avec l’ancienne conception de fosse) datant de 1931 où père et fils sont au même pupitre (comme d’ailleurs à la Société des Concerts).

 Je reviens sur le fait que mon père ait quitté brutalement son instrument: ayant ses années pour prétendre à sa retraite plus tard. Il a donc quitté l’Opéra d’une part parce qu'il était depuis 1942, professeur au CNSMP, d’autre part parce qu'il avait repris en 1940 la direction de la Société des Instruments à Vent fondée par Paul TAFFANEL qu’il baptisera « Concerts Symphoniques de Chambre de Paris ».

En tant que chef d’orchestre, il a voulu se consacrer en  priorité à la diffusion de la musique contemporaine et plus précisément celle écrite pour les instruments à vent. De nombreuses 1ères auditions ont donc eu lieu sous sa direction:
  • Concerto pour basson de Ch.Brown en 1953,
  • Variations concertantes d'Ida Gotkovsky en 72,
  • Concerto pour basson d’Antoine Tisné en 74 etc…)
et ainsi faire jouer en soliste des Allard, Hongne, Rampal, Lancelot….tous anciens élèves de sa classe de Musique de Chambre. 
N’oublions pas que ces concerts, donnés à la Salle Gaveau, avaient lieu chaque dimanche à 17h45… et donc demandaient un énorme travail d’organisation et de travail personnel. Ceci explique cela.

 En ce qui concerne Paul HONGNE que j’ai évidemment très bien connu: à ma connaissance il n’était pas soliste à l’Opéra, mais en revanche il faisait partie systématiquement  de l’Orchestre de mon père en tant que soliste du pupitre.

 Voilà quelques souvenirs….

Bien à vous

Christiane Oubradous-Quattrocchi

Suite à la dernière lettre d'info, nous avons reçu ce message sur Paul Hongne avec l'orchestre de l'Opéras de Paris...

Jean-Philippe Vasseur, ancien altiste à l'opéra de Paris

Je viens de rejoindre l’orchestre de l’opéra. Mon premier Wagner.Parsifal Les horaires de la représentation sont atypiques pour moi. Début de la représentation 18h entracte d’une heure après le premier acte pour permettre aux musiciens d’aller manger. Au pupitre ,un chef très représentatif de l’école allemande pour ce genre d’ouvrage Horst Stein.Il m’impressionne énormément. La position de l’orchestre aussi est assez originale. Je suis à côté du pupitre de basson Maurice Allard et Paul Hongne en sont les titulaires. Paul Hongne est donc ce jour là mon voisin de pupitre La musique s’élève doucement dans la salle. Les arpèges des cordes,le choral,les interventions des cuivres etc je suis subjugué. Le chef nous dirige avec beaucoup de talent. Je me donne à fond.Mon enthousiasme semble plutôt amuser mon voisin. Juste à la fin du prélude se tournant discrètement vers moi je l’entends me dire goguenard »Allez mon petit gars on tient le bon bout »J’ai compris après coup car après le prélude d’une vingtaine de minutes il restait encore 1 h. 30 de musique.

Apres l’entracte,au retour dans la fosse,avant d’attaquer le second acte il me dit. « Écoute il faut que tu saches une chose, à l’orchestre,l’ennemi c’est le chef.

Je l’ai côtoyé pendant peu de temps mais son rire en crécelle et son humour faisaient le plus grand contraste avec le sérieux et la retenue de son collègue de pupitre Maurice Allard.

De jean noël Crocq clarinettistes l’opéra.

— Lieberman (administrateur de l’opéra)fait venir un ami chef d’orchestre (assez âgé et certainement diminué) pour diriger le sacre du printemps Au début de la danse sacrale il se perd un peu...

Alors Hongne,tenant la partie de contrebasson se met à jouer d’une force tonitruante avec le timbalier. ils permettent à l’orchestre de rester sur les rails.

—Une autre fois ,après un long échange en allemand entre K Boehm et une chanteuse -il dit avec aplomb « mais,ils sont revenus ».

Añadir nuevo comentario

El contenido de este campo se mantiene privado y no se mostrará públicamente.
Código de idioma del comentario.
CAPTCHA Esta pregunta es para comprobar si usted es un visitante humano y prevenir envíos de spam automatizado.