Fernand Oubradous

Exposition réalisée 23 novembre au 3 Décembre 2003 en collaboration avec :

  • l’école Nationale de Musique et de Danse du Grand Angoulême
  • Christiane Quattrocchi-Oubradous ; fille de Fernand Oubradous.

L’association « fou de Basson » la remercie vivement pour sa très précieuse aide et sa confiance pour le prêt des documents.

ouberadous.jpg

Né le 12 Février 1903 à Paris et décédé le 6 Janvier 1986, Fernand Oubradous fut l’une des grandes figures du monde musical français et un bassoniste de grand renom. Officier de la légion d’honneur, Commandeur dans l’ordre des arts et lettres, Officier dans l’ordre du mérite, Il reçut par ailleurs d’autres distinctions ou récompenses comme le "grand prix du disque" en 1938 et 1939 pour ses enregistrements des concertos pour Basson de Carl- Maria von Weber et Wolfgang- Amadeus Mozart.

Les Grandes étapes de sa carrière Musicale

  • 1927 : Fondation du trio d’Anches de Paris (CF discographie et enregistrements à la bibliothèque)
  • 1928 à 1953 : Bassoniste à l’opéra de paris "Directeur artistique" de l’établissement Buffet Crampon (fabricant de Basson).
  • Novembre 1944 à Novembre 1969 : Professeur de musique de chambre au CNSM de Paris Cette classe fut créée pour lui .
  • Décembre 1944 à l’Hiver 1979 : Embrassant la carrière de Chef d’orchestre, il fonda "l’association des Concerts de Chambre de Paris- Concerts Fernand Oubradous"
  • 1959 : Président- fondateur de "l’Académie Internationale d’été de Nice"

Cette institution peut être désignée comme la première du genre. Elle sera suivie par la suite de beaucoup d’autres à travers le pays. Elle disparu sous sa forme originelle avec le décès de Fernand Oubradous en 1986 mais reste à ce jour l’une des plus prestigieuse. Compositeur en même temps qu’arrangeur émérite Fernand Oubradous contribua fortement au dynamisme du répertoire du Basson. En tant que Bassoniste il participa à de nombreuses créations d’œuvres et collabora avec les plus prestigieux compositeurs de son temps tels que Tomasi, Ibert, ... Fondée en 1826, Fernand Oubradous fut l’un des musiciens de cette institution aux côtés de son Père François Oubradous lui même Bassoniste de grand renom.

image2.jpg
les artistes de la société des concerts. Programme de 1933.

A propos du pupitre de basson : François Oubradous obtint son premier Prix de Paris en 1902, soit un an avant la naissance de son fils Fernand. Maurice Guilloteau Bassoniste méconnu à l’heure actuelle, obtint son Premier Prix de Paris en 1910.

Ses enregistrements

Comme bassoniste :

Fernand Oubradous enregistra avec les plus grands Artistes de son temps.

Mars- Avril 1929

Quintette de G.Rumeau Colombia Gramophone company, LTD

  • Marcel Moïse,Flûte
  • Louis Bleuzet, Hautbois
  • Louis Costes, Clarinette
  • Fernand Oubradous Basson
  • Mme Y. Bleuzet, Piano

23 Juin 1936

Concerto pour basson et orchestre en Sib majeur K191de W.A Mozart LYS 403 (78T)

  • Fernand Oubradous Basson.
  • Direction : Eugène Bigot

1937

"Trio" de Pierre-Octave Ferroud Pathé PG 84/85 (78T)

  • Myrtil Morel, Hautbois
  • Paul Lefebvre, Clarinette
  • Fernand Oubradous Basson

Andante et Rondo Hongrois OP.35 de C.M Von Weber Oiseau- Lyre OL 14 (78T)

  • Orchestre de la société du conservatoire
  • Fernand Oubradous Basson.
  • Direction ; Roger Desormière.

1938

Symphonie Concertante en Mib Majeur de Joseph Haydn Oiseau- Lyre OL 85 (78T)

  • Roland Charmy, violon
  • André Navarra, violoncelle
  • Myrtil Morel, Hautbois
  • Fernand Oubradous Basson

Trio pour piano, clarinette et Basson de Mikhaïl Glinka Oiseau- Lyre OL 34 (78T)

  • Paul Lefebvre, Clarinette
  • Fernand Oubradous Basson
  • Noël Gallon, Piano

Trio en sol Majeur OP.37 pour piano, flûte et Basson de L. von Beethoven Oiseau- Lyre OL 81 (78T)

  • Marcel Moïse,Flûte
  • Fernand Oubradous Basson
  • Noël Gallon, Piano

1939

Trio pour hautbois, clarinette et Basson de Georges Auric Oiseau- Lyre OL 103 (78T)

  • Myrtil Morel, Hautbois
  • Paul Lefebvre, Clarinette
  • Fernand Oubradous Basson

1948

Quintette pour piano et vents en Mib majeur, Op 16 de L. van Beethoven ODEON 123902 (78T)

  • Pierre Pierlot, Hautbois
  • Pierre Lefebvre, Clarinette
  • Jean Devemy, Cor
  • Fernand Oubradous Basson
  • Annie d’Arco, Piano

1950

Quintette pour Basson et cordes de Henri Challan Création à Paris le 14 décembre 1950 Document INA

  • Marcel Raynal, Georges Alès, violons
  • Maurice vieux, Alto
  • André Navarra, violoncelle
  • Fernand Oubradous Basson

Comme Chef d’orchestre :

17 novembre 1943

Concerto pour Piano et vents de Igor Stravinsky ANDANTE 699448

  • Soulima Stravinsky, Piano
  • Orchestre de la société des instruments à vent
  •  

1944

Concerto Provençal de Reynaldo Hahn Gramophone DA 4993 (78t)

  • Orchestre Symphonique de Chambre

15 janvier 1956

Symphonie N° 85 en SI b "La reine" de Joseph Haydn ANDANTE 699448

  • Orchestre de la société des concerts de chambre de Paris

1959

Concerto Da Camera pour saxophone et orchestre de Jacques Ibert Création à Paris le 8 novembre 1959 Document INA

  • Jean-Marie Londeix, Saxophone
  • Orchestre de la société des concerts de chambre de Paris

Autres enregistrements des "Concerts Oubradous"

1957

Concerto pour Trompette et orchestre N°2 de André Jolivet Création à Paris le 17 Février 1957 Document INA

  • Roger Delmotte, Trompette
  • Orchestre de la société des concerts de chambre de Paris Direction : André Jolivet

C’est au cours des 25 saisons lyriques qui constituèrent sa carrière de bassoniste à l’Opéra de Paris, que Fernand Oubradous copia sans relâche les partitions et leurs traits d’orchestre, qui passaient sur son pupitre. Témoignage d’un répertoire oublié, ce travail totalement manuscrit est un trésor tant pour les mélomanes férus d’Opéra que pour les bassonistes. Au delà de la connaissance, Ces cahiers (trois tomes en tout) reflètent également la façon dont nos pairs effectuaient leurs travaux. Sans photocopieuses, sans scanner, sans beaucoup de musique éditée et sans doute sans beaucoup d’argent, ils écrivaient à la plume...pendant leur temps "libre" !!!

image3.jpg
Page manuscrite de la main de Fernand Oubradous, extraite de ses livres personnels de traits d’orchestre d’Opéra.
image4.jpg
Fernand Oubradous et ses prestigieux partenaires du trio d’anches de Paris créé en 1927
image5_0.jpg
Parmi leurs activités, la création des trios de Georges Auric ou de Jacques Ibert par exemple.

Fernand Oubradous vu Par Jean-Pierre Rampal.

"......Les années 1950 furent les années formatrices de ma carrière de musicien professionnel. J’avais alors tout à fait abandonné l’idée de poursuivre une carrière médicale et je me concentrais seulement sur ma musique. Je me fis au cours de cette décennie des amis et des relations, qui ont continué à m’aider tout au long de ma vie. A Paris, mes premiers contacts avec la musique se firent par le truchement des ensembles de musique de chambre et orchestraux avec lesquels je jouais. Parmi ces derniers, il y en avait de célèbres à l’époque, comme ceux dirigés par Fernand Oubradous et Louis de Froment. Oubradous en particulier influença ma carrière, et c’est grâce à de Froment que j’ai rencontré la femme qui est restée mon imprésario jusqu’à ce jour, Annie de Valmalète. L’orchestre d’Oubradous ressemblait à l’Ensemble baroque sur une plus grande échelle. Oubradous lui-même était un homme solide et jovial qui avait le sourire facile et un grand sens de l’humour. Il avait eu une carrière curieuse. Elle avait commencé à l’Opéra de Paris, où il avait joué du basson. Oubradous, en fait, avait été « le » basson de sa génération. Il avait espéré faire pour le basson ce que Marcel Moyse faisait pour la flûte ; il explora le répertoire et enregistra beaucoup, au point que le public finit presque par croire que le basson pouvait être un instrument solo. Mais un jour, il décida de passer à la direction d’orchestre : il vendit son basson et ne rejoua plus de cet instrument. Oubradous ne commenta jamais cette volte-face ; il se contenta de répéter que son but, sa grande priorité, était de créer un grand orchestre de chambre. Oubradous m’a beaucoup aidé dans ma carrière de soliste. Il programmait des concertos de flûte dans ses concerts du dimanche après-midi. Ces concerts étaient extrêmement populaires et jouaient un rôle important dans la vie musicale parisienne de l’époque. Je ne produisais presque toutes les semaines, et je suis sûr que sans ses encouragements et son soutien, il m’aurait fallu beaucoup plus de temps pour me faire un nom. Même après la retraite d’Oubradous, la tradition du bel ensemble de musique de chambre continua. Louis de Froment forma un orchestre semblable, faisant appel aux mêmes musiciens et, naturellement, animés du même esprit. Son idée était de rassembler les meilleurs solistes de Paris et de constituer un orchestre qui interpréterait et enregistrerait tous les concertos de Mozart. Le Quintette à Vent - ce ne fut pas une réelle surprise - fut importé en bloc dans la section des instruments à vent. Robert Veyron-Lacroix était le soliste des concertos de piano, et Robert Gendre était le violon solo et le soliste des concertos de violon. Cette « famille » resta groupée pendant de nombreuses années, enregistrant....." Extrait des mémoires de Jean-Pierre Rampal "Musique, ma vie" pages 140 et 141 éditions Calmann.Levy Témoignage de son activité de musicien de son temps, quelques programmes historiques des "Concerts Oubradous" qui restèrent en activité jusqu’en 1979 sous la baguette du maître.

image6.jpg
image7.jpg
image8.jpg

Fernand Oubradous et l’Académie d’été de Nice qu’il fonda en 1959. Il en restera le directeur jusqu’en 1985, un an avant sa disparition.

image9.jpg
Fernand Oubradous dirigeant Jean-Pierre Rampal et Lili Laskine au cloître de Limiez à Nice
image10.jpg
Pierre Cochereau (à gauche) et Fernand Oubradous en compagnie de la secrétaire de l’Académie d’été de Nice.