Hommage à Jean-Yves Brand-2

Submitted by Marc Duvernois on Sun, 12/13/2020 - 19:04
French

 

A la suite  de l'article précédent, Antoine Blot, bassoniste à l'Orchestre National des Pays de Loire, à son tour, rend hommage à son professeur, Jean-Yves Brand.

Jean-Yves Brand fut, avant d’être mon professeur de basson, mon professeur de musique.

Lorsque mon père nous inscrivit mon frère et moi au conservatoire de Rennes, M. Brand y dispensait également des cours de solfège pour débutant. Il fut donc mon premier professeur de conservatoire, et du haut de mes 7 ans, il m'impressionnait énormément. Stature noble, droite et immense, la voix grave mais chaleureuse, l'air sérieux et exigeant, toujours soigné et très élégant. Il faisait partie de ces professeurs qui n’ont pas besoin d’affirmer leur autorité, elle franchissait le seuil de la classe avec lui. Je me retrouvai, un peu par hasard, élève de sa classe de basson deux ans plus tard, lui-même m’ayant proposé de débuter un second instrument, en plus du piano. Je commençai donc à l’âge de 9 ans, l’apprentissage de ce bel instrument, dont je ne connaissais guère plus que son rôle dans Pierre et le Loup, et dont le professeur avait tout de même, pour mes yeux d’enfant, beaucoup de la figure tutélaire du grand-père.

Blot Brand

 

Lors de nos nombreux échanges en cours, il m’a transmis son amour de la musique en évoquant avec passion: ses souvenirs, ses espoirs, ses difficultés et ses succès d’étudiant au conservatoire de Paris chez Maurice Allard; ses émotions à la première audition de telle symphonie ou tel opéra; le plaisir de jouer telle ou telle oeuvre sur scène ou dans la fosse d’orchestre... Et Mozart par-dessus tout! Son jeu faisait l’admiration de ses collègues et de ses grands élèves qui avaient la chance d’aborder le métier d’orchestre à ses côtés.

Lorsque je décidai de me lancer dans cette voie, il fut naturellement mon premier soutien, nos rapports se rapprochant progressivement plus d’une relation père-fils que maître-élève. Le cours hebdomadaire passa de une à deux heures, puis à l’après-midi entière. L’ambiance y était studieuse mais chaleureuse grâce à son humour pince-sans-rire, et à son talent pour dépeindre expériences et anecdotes. Perfectionniste et travailleur, il m’a martelé que mes séances de travail devaient être régulières, organisées et chronométrées: à moins de cinq heures par jour, inutile d’espérer atteindre un bon niveau! Ses principes et méthodes de travail structurent toujours aujourd’hui ma façon d’appréhender et de résoudre les difficultés.

Il me répétait qu’un musicien ne devait pas se cantonner à la musique et devait s’intéresser à toutes les autres formes d’art: picturale (ancien étudiant des beaux-arts), littéraire, théâtrale, cinématographique... Il continua durant mon parcours d’être une présence et un soutien bienveillant lors des doutes et épreuves. Il reste pour moi un modèle de droiture, d’abnégation, d’exigence et de fidélité. Mille souvenirs lui sont associés dans mon coeur et ma mémoire. Merci mon cher professeur.

Antoine Blot, 11 décembre 2020 (jour de son 83ème anniversaire)

Add new comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
The comment language code.
CAPTCHA This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.