Bonjour
Sous ce titre un peu provocateur, je voudrais vous faire part de mes (quelques) questions et (début) réflexions sur l'avenir du basson et de l'enseignement de celui-ci en France !!

Il me semble que depuis quelques années, les classes de basson ont tendances à se réduire : moins d’élèves, diminutions d’heures (postes à temps complet transformé en demi poste ou temps incomplet, lors d’un renouvellement, souvent dû à des restrictions de budget pour la culture dans les villes… !!:grr

En observant l’évolution des classes (pour l’année 2003 par exemple voir le site du ministère de la culture : http://www.culture.gouv.fr/dep/telechrg/stat/nstat10.pdf ), des places, des concours, on peut vraiment se poser la question ! Lors des derniers concours d’entrés dans les CNSM, peu d’étudiant se présente (voir par exemple les annales des concours d’entrées au CNSM de Lyon : http://www.cnsmd-lyon.fr/ ).
Pourquoi et comment en est-on arrivé la ?

On peut repérer plusieurs causes :

[list]
• Les problèmes de systèmes : il semble que, quoique l’on dise ou l’on pense, cela ai fait du tort à l’image du basson.
• Le problème des effectifs en général dans les conservatoires et écoles de musique : jusqu’il y a peu, les effectifs étaient en baisses constantes depuis une dizaine d’année.
• Le coût de l’instrument : les bassons coûtent de plus en plus chère, il n’y qu’a voir les tarifs des fabricants ! Il m’est arrivé d’entendre des parents refuser le choix qu’avait fait leur enfant (mais cela pause aussi le choix de l’instrument, pourquoi choisir le piano par exemple alors le coût d’achat de l’instrument est relativement identique au basson ?)
• Le coût d’inscription dans les écoles de musique : ce coût augmente ou a augmenté de façon importante dans certains conservatoires et écoles de musique ces dernières années.
• L’évolution de la société : les élèves viennent très souvent maintenant « pour leur plaisir » comme le dit Claude henry Joubert, dans un article paru dans la Lettre du Musicien de novembre 2004 (n° 305). Il ajoute que, dans les années prochaines, nous seront amener à changer de « méthode » et d’objectif (se pose la le problème de la conservation de notre culture : quand et comment alors aborder les répertoires baroques, classiques… ?).
• Les méthodes justement !! Nous fonctionnons encore souvent, avec des méthodes et « façon de faire » assez traditionnelles (je me met dedans) de part notre formation : gammes, études… !
• …
[/list:u]
:zen
Question Que faire alors ? Se lamenter ? Rester pessimiste ? Faire autre chose ?
Sûrement se bouger !
[list]
• Au delà des systèmes, c’est le basson en général qu’il faut défendre, donc se réunir, s’entendre, défendre nos spécificités auprès des hiérarchies.
• Il faut sûrement penser l’enseignement différemment, donc en modifiant les objectifs et l’exigence que l’on a avec notre instrument. Facile à dire me direz-vous ? Et oui je suis d’accord, plus facile à dire qu’à faire !! Mais il en va de notre avenir !
• Faire connaître l’instrument : l’utiliser dans la variété, le rock et toutes disciplines autre traditionnelles ! !music1
• …
[/list:u]

Voila pas mal de questions et de remises en cause, que je pense importantes ! J’aimerais avoir vos avis sur ce sujet !! Afin d’enrichir cette réflexion, n’hésitez pas à répondre à ce message ! Nous pourrons par la suite en faire une synthèse, et la publier sur le site.

:!: Sachez que lors du colloque qui aura lieu à Angoulême, un débat aura lieu sur ce sujet !

A+

Bonjour, Pierre

C'est bien triste et inquiétant, ce que tu m'apprends là...

Bien souvent, lorsque je me présente avec mon basson, lors d'un concert par exemple, je me rend compte que beaucoup de gens ne savent pas quel est cet instrument. Alors je le leur explique, et je leur joue un petit passage... Ils sont toujours très intéressée.

Je crois qu'une présentation dans une école a souvent beaucoup de succès, également, et favorise certaines vocations...

A Lagny, l'orchestre symphonique organise un concert centré autour du basson. Coralie Bosse jouera l'andante et rondo hongrois de Weber, et je suis en train d'organiser des duos, trios et quatuors. J'espère que nous aurons du succès, et que certaines vocations pourront naître lors de cette occasion...

Jean

Bon bon bon, voila un message qui certes n'est pas très agréable à lire mais qui montre aussi quelque chose qu'il faut énoncer pour ne pas courir à notre perte.

Ce que je pense tout d'abord est que la "quantité" d'une classe dépend pas mal du professeur, en effet, un professeur qui se bat pour sa classe je pense arrivera au fil des ans à faire acheter des bassons aux écoles de musique, pour petit à petit constituer un parc de bassons pour les élèves.

Le problème du coût du basson est je pense en train d'évoluer, il y a un modèle de fag, le modèle "Amati Rodewald" (voir http://www.basson.de) proposé à 2800 euros, c'est vraiment un bas prix pour le basson ce qui implique un nouveau marché d'occasions, à moins de 2800 euros. Vous allez me dire :" oui mais une flute d'étude ça vaut 600 euros " c'est vrai, d'où l'importance pour les conservatoires et écoles de musique d'acheter ces modeles à 2000 euros pour qu'un élève puisse demander un basson à ses parents après plusieurs années d'études sur un basson prété !

Ensuite il y a un autre gros probleme : Le basson , ce n'est pas POPULAIRE !!!!!! et ça c'est terrible. Pourquoi? Car le son ne se remarque pas pour un non-initié et que finalement peu de gens ont accès à l'apprentissage de la musique et que les seuls instruments qu'ils connaissent sont vus à la télé donc c'est le trio PIANO-VIOLON-GUITARE. Si on devait faire un classement de la popularité des instruments de l'orchestre dans l'esprit des gens je dirais:

Violon
trompette
violoncelle
contrebasse
clarinette
flute traversiere
trombone
tuba
cor
alto
hautbois
basson

Avez vous remarqué ce que les gens disent la premiere fois qu'ils voient un basson? QU'EST CE QUE C'EST BEAU !!! on dirait que le design plait ! c'est vrai que c'est beau mais alors si c'est beau pourquoi ne l'ont t ils jamais remarqué? Parce que ce n'est pas populaire et qu'il est au fond de l'orchestre, c'est donc un cercle vicieux, pour le remarquer, il faut le voir et pour le voir il faut le remarquer !! SOLUTION :

-matraquage publicitaire sur TF1
-mettre des liens vers des vidéos immorales sur ce site
-ORGANISER DES COLLOQUES ET DES AUDITIONS ET DES STAGES ET DES RENCONTRES ET TOUT ET TOUT ET TOUT !!!!!!!!!

Je crois qu'en ce moment, c'est la génération de profs "qui en on chié" à cause de la baston français/allemand, et je pense que même si certains se sont "vaccinés" contre un système, d'autres en sont sortis grandis et font découvrir à leurs élèves une nouvelle façon d'approcher notre instrument. C'est pourquoi je suis ULTRA optimiste. Et si vous avez besoin de ça, je ferait tout ce qu'il y a en mon pouvoir de pauvre étudiant de fac et de basson pour crier CECI EST UN BASSON COMME C'EST BEAU APPROCHEZ VOIR C'EST GRAND MAIS çA NE MORD PAS !

Comme l'a très justement dit Pierre Cathelain dans un précédent article, je pense que ce qui cloche en ce moment, c'est plutot la culture... les gens perdent l'habitude d'aller aux concerts, ils devraient tous se dire au lieu de "j'ai la flemme ya Derrick à la télé ce soir", plutot "bon aller on y va on sera bien content quand on y sera". Mais je pense que ça aussi n'est pas une donnée fixe, plus les concerts seront beaux, plus les gens en entendront parler, plus ils viendront, plus il y aura de parents voulant faire apprendre la musique à leurs enfants et plus le pourcentage d'élève désirant apprendre le basson montera !! Et puis la musique c'est un tout, je fais partie du conseil d'établissement d'un CNR et les chiffres des inscriptions d'élèves ne sont pas brillantissimes, il faut attendre que les parents qui ont appris la musique à la dure, passent le relais aux "nouveaux parents" qui voient cela comme un plaisir !! Comme l'a encore dit Pierre et le monsieur de la lettre du musicien, maintenant on veut apprendre pour son plaisir donc les parents qui apprenent par plaisir voudront faire apprendre la musique à leurs enfants pour leur bien !!
CA VA CHANGER MOI JE VOUS DIS !!!

Allez, on sourit, on relève la tête, op-ti-mis-te, on joue, on aime, on fait aimer, et dans cinq six ans les CNSM de Lyon dira "nous sommes frappés par l'engouement que suscite désormais le basson, sur les 223 inscriptions, 156 admis nous ouvrons donc une 12° classe"

Passez une bonne soirée, une bonne nuit oula il est tard ! et venez au mini stage !! on parlera de ça autour d'un verre (l'abus de basson n'est pas dangereux pour la santé).

Permalien

Salut,
c'est bien grave tout cela; Mais comme dit UGO, il faut être optimiste. Il faut faire plus d'audition, la préparation pour nous ne demande que du travail. Cependant il faut noter que la pub pour les concert de basson n'est pas très grande contrairement aux concert de clarinettes et violons, il faut plus de papier plus de pub et des affiches plus attrayantes et bien visibles, en effet ici les concert de bassons ont un publique majeur de parents, les seuls informés et j'adore voire des personnes extérieures à l'entourage des musiciens qui font "c'est beau" et "c'est quoi exactement?". Je suis désolé de vous l'apprendre mais je ne compte pas faire de la musique mon métier mais je fait et je continuerai à faire des auditions et des concerts pour faire connaitre le basson et c'est ce qu'il faut faire à mon avis

Thomas LR

Et je continuerai à dire tant que le basson va tout va ( bien que ...)

Salut
Mon propos n'est pas d'être optimiste ou pas, mais essayer de constater d'abord. C'est évident qu'ensuite il faut faire bouger les choses!!
Comme vous dites par des auditions, parler et faire plus de pub pour les concerts!!!:music

[quote]Je suis désolé de vous l'apprendre mais je ne compte pas faire de la musique mon métier mais je fait et je continuerai à faire des auditions et des concerts pour faire connaitre le basson et c'est ce qu'il faut faire à mon avis [/quote]
Il ne faut être désolé Thomas de ne pas faire de la musique ton métier!! c'est toujours un choix perso!! La musique est avant tout un plaisir!! Que l'on soit professionnel ou amateur!!
A+

Bravo cent pour cent d'accord !

J'eu aimé entendre Miss basson de Montréal à ce sujet :P

Une idée, parmi d'autres, qui transparait dans tous les écrits de ce forum, est la difficulté à convaincre les jeunes élèves à l'effort. Tout tout de suite et le basson sera un article de consommation courante . S'il est vrai qu'il n'y a pas d'instrument facile, le basson n'a pas la meilleure des réputations. En classe de guitare à la fin de la première heure c'est pas mal ? au basson ! :evil:
A la fin du premier trimestre le guitariste a les doigts en compote !

Tout cela n'est pas facile.

Les directeurs d'écoles de musiques et de CRN constatent l'augmentation du nombre des collégiens "auditeurs libres".

Est-on auditeur libre en sport collectif ?

:halt:

Reponse à la question : tout le monde vient de le dire : PRESENTATIONS AUDITIONS PUB

j'adhère

Je suis désolé de répondre si tardivement à vos messages... Pour ce qui me concerne, je pense que vos idées sont excellentes! :brav:
Ce que je fais simplement, c'est pas grand chose : j'ai juste besoin de dire dans une conversation le mot "basson" et hop...voilà de l'engouement! De temps en temps, je fais aussi des concerts avec mes amis "les hautbois du Lion" un peu partout (Bâle, Danemark, Nanterre avec une autre troupe...). Ces actions là doivent aussi être pérennisées. Autre proposition : que l'on s'insère dans les auditions et concerts des autres! Ce serait peut-être bénéfique pour nous de pouvoir trouver un public qui ne connaît pas le basson, alors pourquoi ne pas aller le voir!

Permalien

Bonjour
Je trouve, comme vous ,trés dommage de voir se profiler un avenir incertin pour nôtre instrument . Pour moi qui défend le systéme Français ,je trouve trés dommage la guerre qu' il y a eu entre les deux systémes et je pense qu' un grand nombre de bassonistes sont passés au sytéme Allemand plus par intérêt professionnel que par conviction . Le systéme Allemand a de grands interprêtes mais demande comme le Français beaucoup de travail .
Nôtre société ne valorise pas aasez le travail d' une façon générale : avez vous vu une publicité àTF1 sur l' art d' un artisan ?
Le prix de nos instruments est en général trés élevé , pour ma part j' ai commencé par la clarinette et je suis passé au basson à l' age de 29ans , à cette époque j' ai pu m' acheter cet instrument avec de l' argent que j' avais mis de côté .

Bonjour
Vous avez tout à fait raison Jacques! je trouve qu'il n'est pas facile de faire comprendre à un élève qu'un travail régulier est essentiel pour avoir "du plaisir"! Je remarque, dans ce monde de l'argent facile, le mot travail est souvent mal vécu! On pense d'abord ludique!! il ne doit surtout pas y avoir d'effort!!
Mais bon ceci est un autre sujet!!
Cordialement

Attention on a tous mis plus de cinquante ans a supprimer du mot "amateur" la connotation "diletante" par opposition à professionnel obligatoirement "sérieux". :soeur?

l'amateur devrait rester celui qui aime.

Si je reste amateur de bonne chère cela reste un "plaisir". :P

Bonjour à tous
je passe rapidement sur le forum...Dure dure d'être bassoniste!!
"les choristes", le film qui fait chanter les gens et qui rend la chorale à la mode ... "les bassonistes" serait un gros pansement, non???
bébé m'appelle!!!
bien bassonistiquement
olivier

Bonjour à tous
Comment ??? Fou de Basson n'a pas encore mis en ligne le codec "doigté facile" à télécharger ??? Il suffirait d'adapter une clé USB sur le bocal, de brancher son instrument sur l'ordinateur, et le tour serait joué !!
Faut être vraiment Fou pour jouer d'un instrument qui présente 10 clés de pouce gauche quand le hautbois n'en a que 2 !! Je blaaaague... Mais il faudrait casser cette image d'instrument difficile à jouer, avec une dizaine de doigtés pour chaque note, etc...
Quand au prix du basson, il est relatif : on n'en change pas tous les 3 ou 5 ans comme les clarinettes par exemple.
A bientôt, au congrès

Permalien

Chers amis
Je viens de prendre connaissance de vos échanges suite à l'article de pierre qui nous livrait sa reflexion et son analyse de la situation du basson!!
Comme le dit Pierre, il n'y a ni raison ni tord, Ni pessimisme ni optimisme..on évolue seulement lorsque nous pouvons regarder la vérité en faceet lorsque l'on essaie de comprendre. En cela la position de Pierre est très professionnelle et très lucide..il cherche à comprendre pour pouvoir continuer...vous aussi!!
Cependant..notre association qui se caractérise par la passion ne doit pas se laisser aveugler par celle-ci qui deviendrait non plus une force mais une faiblesse!!
continuons à défendre ce que l'on aime pour lui donner de l'avenir..Je suis heureux de voir après tant d'années que tous nous travaillons à cela...certains pour le plaisir ..les autres aussi mais ils en vivent!!!
Nous avons dégager au sein du colloque une table ronde pour discuter de cela..j'espère que vous y viendrez très nombreux pour débattre de cela et établir un document que nous ferons remonter à l'issue de ce colloque.
Un document qui doit refléter la réalité de notre vie de musicien bassoniste..un document qui devra refléter la force de proposition que nous sommes.
Il faut qu'a l'issue de cette table ronde nous soyons en mesure de faire comprendre que les vrais acteurs de notre avenir, ce sont les musiciens et que leur voie et leur esprit doit être entendu

bien à vous chers amis et à bientôt autour de cette table ronde!

PS: pour la préparer j'aimerais que chacun d'entre vous propose des axes de discussion et de reflexion;peut -être aussi avec des propositions concrêtes...bien préparée cette table ronde sera un très bon echo à notre action de tous les jours.
Pierre devrait être le modérateur de celle-ci!!!

à vos plumes
et RDV au colloque..si vous ne pouvez venir,nous livrerons vos reflexions si nous les recevons!!

Bonjour à tous.
En passant sur ce site et ce forum, je me suis senti interpelé. Je suis un bassoniste montrélais établi sur Paris depuis plus de deux ans. Un détail qui n'a pas était soulevé, et celui de la limite d'âge dans les insitutions musicales. Ayant commencé le basson à l'age de 18 ans, il est clair que je n'ai pas le niveau de mes contemporains. Résultat, ben pas grand chose, juste que j'ai été bien dégouté de cet elitisme, laissant pourrir ce qui veulent apprendre mais qui n'ont pas un niveau suffisant. Une institution ne devrait-elle pas chercher à enseigner à ceux qui veulent étudier. Depuis, je ne joue presque plus de basson, juste pour le plaisir. Un autre point, il n'y a pas énormément de littérature scientifique, donc j'ai entamé un doctorat sur le basson français au XIXe siècle. Si vous voulez une idée un peu farfelu de ma part qui pourrait faire connaître le basson, c'est de créer un dessin animé où le basson serait le personnage principale. Quand les gens ne savent pas ce qu'est un basson, je leur parle de l'apprenti sorcier dans fantasia. Une partie du répertoire classique m'a été introduite par la musique dans les schtoumph. Pourquoi les dessins animés, car il faut faire connaître l'instrument dès le plus jeune âge. Bon je ne m'éterniserai pas, mais c'est vrai que le basson (français) vit une crise. De plus, je suis persuadé que l'instrument de type français risque de devenir un instrument ancien si on ne fait pas quelque chose ( c'est un fagottiste qui dit ça). En espérant que je ne vous ai pas choqué, je vous souhaite tous une bonne continuation et vous encourage pour la défense de l'instrument.

Nezmot

Cher Nezmot

Depuis le début du XIXième siècle l'enseignement de la musique en France est élitiste. Son objectif est de former des musiciens professionnels avec toute la rigueur et le sérieux que cela exige. :cry:

L'enfant apprentis musicien est plus maléable plus souple que l'adulte, lui plus dilétante. 8)

L'adulte, n'étant pas prioritaire, sera classé "auditeur" ( amateur ) au contraire de l'enfant " élève " ( professionnel ).

Il est vrai que les classes de piano de flûte ou de violon sont surchargés. Ce n'est pas le cas des classes de basson . Non tous les classes de bassons ne sont pas surchargées de 30 élèves ! :zen

Petit sondage à destination des profs : cette année combien avez-vous d'élèves enfants et adultes ? :grim2

Cet état d'esprit change lentement grace essentiellement aux enseignants qui font d'abord de la musique et aussi de la "formation".
( J'ai écrit "aussi" et non pas " puis ". ) :idea:

Les directeurs d'écoles ont parfois d'autres prorités. :bol

PS : Mon premier cours de contrebasson c'est déroulé " la veille de mes soixantes ans ". :yes

Salut
Pour répondre à Nezmot, ton travail sur le basson nous interesse enormement!!
Quand tu dis:
[quote]Ayant commencé le basson à l'age de 18 ans, il est clair que je n'ai pas le niveau de mes contemporains. Résultat, ben pas grand chose, juste que j'ai été bien dégouté de cet elitisme, laissant pourrir ce qui veulent apprendre mais qui n'ont pas un niveau suffisant. Une institution ne devrait-elle pas chercher à enseigner à ceux qui veulent étudier. Depuis, je ne joue presque plus de basson, juste pour le plaisir.[/quote]
Je pense qu'il y a une évolution en province (peut-être plus que sur Paris!!): il y a de plus en plus d'adulte dans les classes. Je trouve ça normale et très bien!.
En tant qu'enseignent, une grande partie de ma classe est constituée d'adultes. Une école de musique ou un conservatoire se doit d'accueillir tout public (ne sommes nous pas un service public?)
Bon courrage pour tes recherches, et tiens nous informé
A+

Permalien

j ai vu dans la revue la. lettre du musicien. numero 303 du 6 au 12 2004".une semaine de paris"differentes pieces pour instruments a vents et tres desolement aucune piece pour le basson.tres domage a mon avis il faut demander aux compositeurs d ecrire pour notre instrument.ansi il sera connu du public . merci pour votre attention. leon de jerusalem .

Salut,
à la veille d'une nouvelle années scolaire, je lis le journal Fou de Basson, son édito et la page 3 et je relis ce message et je me dis que si on veut faire bouger les choses à partir de cette année, que devons nous faire, que devons nous améliorer, faire en plus par rapport aux autres années?
Je me demande aussi qu'est-ce qui s'est dis au colloque (table ronde) n'ayant pas eu la chance d'y être? Moi je retiens surtout les concerts, auditions, mais il faut un peu plus de pub. J'ai remarqué une chose c'est que les auditions en communs font beaucoup plus de public, par exemple, une audition hautbois et basson fait beaucoup plus de public qu'une audition basson. Et aussi le petit de 6-7 ans qui a son grand frère qui fait sa représentation ( si la falille ne part pas avant la fin du concert) peut qu'il va dire "m'an j'peux faire du basson?". La famille se heurte au prix et à la taille de l'instrument nettement supérieure à celle du gamin. Et là pas de problème, nous pouvons prêter des instruments adaptés à la taille en plus. Le cas que j'expose arrive rarement et quand il arrive certaine écoles de musique ne peuvent pas les recevoir, il y a dans la classe de Brest un éléve qui viens d'une autre ville et qui à été obligé d'acheter un basson dès qu'il à commencé.
Donc je retiens qu'il faut que notre classe doit
-faire des auditions et des concerts et essayer d'en faire en commun, si cette idée paraît bonne aux yeux des autres
-faire plus de pub pour les concerts
-pour certaine écoles de musique, se donner les moyens de faire apprendre le basson tôt ou tard
Maitenant j'attends d'autres suggestions qui permettrerons à notre classe de faire connaître le basson autour de notre ville

chers amis,

ma fille claire fait du basson depuis 3 ans . Le professeur me deamnde d'acheter un basson français.en regardant un peu sur inteernet je m'aperçoit qu'il existe une guerre entre le basson fraçais et le basson allemend. Que faut-il en penser?
il semble que les sonorités soient très différente entre les deux instruments, et aussi que l'apprentissage de l'instrument fraçais soit plus difficile?
celui-ce semble mois apprecié par les chef d'orchestre que le fagot?

en tant que parent nous pouvons nous demandé s'ik est raisonnable d'investir dans cet instrument!!! que ma fille apprécie beaucoup!!!!!!!!!!!
merci de me répondre

Permalien

j'ai oublié de vous félicité pour ce site qui est très chaleureux et j'engage ma fille claire d'intervenir si elle a des questions à poser
merci pour votre aide à des moins!!!!!!!!!!!!!que débutant. :roll:

Bonjour madame,

je ne peux pas vous indiquer quoique ce soit pour le basson français puisque je ne le connais pas.

Il est vrai qu'il existe pas une guerre mais une large différence entre le français et l'allemand. Tout d'abord, sur sa facture... le système de clés.

Mais est-ce que votre fille préfère le basson français ou allemand? Est-ce qu'elle a essayé les 2? Et le professeur, est-ce qu'il est compétant dans les 2 bassons?

L'apprentissage des 2 instruments doit vomporter des difficultés... que ce soit français ou allemand.

Les sonorités aussi sont différente.

Pour ma part, j'ai entendu beaucoup d'enregistrement avec le basson français et je préfère la sonorité de l'allemand... mais pour cela, chacun ses goûts!! ;)

Salut,
ça peut aussi dépendre de ce qu'elle veux faire. Il y a tout d'abord les préférence au niveau du son. C'est vrai il y a aussi les compétences du prof. Si votre fille veut faire un carrière professionnel bassonistique, ça peut aussi être un critère de choix. Si elle veut faire de l'orchestre c'est un basson allemand qu'il faut prendre, si elle veut faire soliste, c'est un basson français.
Mais je pense que le premier critère à évaluer, c'est les préférences.
Personellement je fais du basson allemand parce que je n'avais pas le choix: à l'âge où j'ai commencé ( 6ans) j'avais les doigts trop petits et les modèle de petits basson ne se faisaient qu'en basson allemand. J'aurais pu changer après mais non, je veux faire du basson allemand.
8 ans plus tard, je ne regrette toujours pas ce choix et ça fait 2 ans que j'ai mon propre basson allemand, à un rapport qualité prix excellent et à un prix raisonnable (moins de 4000€). C'est un très bon fagott(basson allemand).
A Brest nous avons la chance d'avoir un professeur plyvalent ( français / allemand)

[quote]Si elle veut faire de l'orchestre c'est un basson allemand qu'il faut prendre, si elle veut faire soliste, c'est un basson français. [/quote]

Bonjour thomas,

je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi et j'en suis désolé. Mais certains orchestres tournent très bien avec des bassons français ( ONF, orchestre de Cannes ). En Angleterre, en Suisse ( le concours de genève ), les deux systèmes sont accéptés et les systèmes peuvent être mélangés.
De plus, de nombreux solistes sont aux bassons allemands, pour ne citer qu'eux quelques uns Azzolini, Holder, Thunemann, Werba, ...

Bonjour à tous !

Et bonjour Cécile, qui se pose plein de questions et s'interresse beaucoup aux études de sa fille, quelle merveilleuse mère !!

Je vais essayer de te donner mon point de vue. Je vais être aussi objectif que possible car il est certain qu'il y a eu une guerre entre bassonistes système Français et système Allemand, guerre qui a fait pas mal de ravages dans la communauté bassonistique française. Tout ce que je vais dire n'engage que moi, je ne rapporte ces paroles de personne.

Au début du XX° siècle, il n'y avait dans le monde que des bassons "français" (Buffet-crampon, Selmer). Mais dans ces années là, monsieur Heckel a inventé un autre système qui comportait comme différences majeures le bois (erable au lieu de palissandre), le clétage et la perce.
Comme chaque découverte ayant lieu dans un milieu (aéronautique, sport, musique) les bassonistes ont testé ce système et certains l'ont trouvé mieux, et d'autres non. Mais l'histoire a montré que le système allemand s'est petit à petit imposé dans le monde, sauf dans certains pays comme la France et je crois en amérique latine...
Pourquoi ce système allemand ne s'est il pas imposé en France aussi vite que dans les autres pays? Je crois qu'il existe en France à tord ou à raison chacun pense comme il veut, une "élite" des instruments à vents, peut être dû au fait que le conservatoire de Paris est un des plus vieux du monde après celui d'Italie. Quoi qu'il en soit, les bassonistes français jouant du basson français en jouait et en jouent très très bien, ne remettant pas en cause l'expressivité et la technique du système français.
C'est pourquoi la remarque de Thomas sur le basson allemand = orchestre et le basson français = soliste est compréhensible mais fausse (tu m'excusera Thomas c'est pas contre toi :) peut être qu'il y a eu un moment en France où c'était le cas car les bassonistes qui passaient au système allemand avaient des diffcultés d'adaptation. Comme n'importe quelle personne qui pendant 15 ans conduit la même voiture et qui subitement doit en conduire une autre. Mais ce temps de "guerre" où ceux "qui changeaient" n'ont pas eu la vie très facile est révolu et nous avons maintenant en France des très bon bassonistes des deux systèmes.
Vient ensuite la question de l'avenir de votre fille. S'il est certain qu'il y à beaucoup plus d'orchestres contant dans leurs rangs des bassonistes "allemands" dans le monde , il y a aussi beaucoup plus d'élèves bassonistes allemands qui déboulent sur le marché du travail. tandis qu'il y a moins d'orchestres avec des bassons français mais aussi moins de prétendants aux places de ces orchestres.
Vous allez me dire : "Mais alors ça revient au même" et bien pas tout à fait car si votre fille veut rentrer dans un orchestre étranger il est fort probable qu'elle puisse le faire en ayant apprit le basson allemand. Mais elle aura moins de concurrence étrangère si elle veut rentrer dans un orchestre français avec des bassons français.

Et bien entendu, à un moment, il faut trancher. Et ce qui est fort dommage c'est que si la tendance ne s'inverse pas, le basson français risque de devenir un instrument "d'époque". c'est ce qui est arrivé à la viole de gambe face au violoncelle.

Comme vous pouvez le voir, c'est assez délicat, maintenant à vous de choisir, de demander conseil au professeur etc etc.

Bien, j'espere avoir répondu au mieux à votre question et je vous souhaite une bonne reflexion.

Aux bassonistes qui pourraient trouver mes propos faux, exagérés, diffamatoires, je ne demande qu'à en parler sur le forum, pour faire avancer la vie bassonistique en France and in the world (yeah) !

Salut,
oui, c'est vrai, j'ai peut-être été un peu fort mais ce que je voudrais dire c'est que quand on compare la perce allemande avec la perce française, on se dit rapidement qu'un basson français doit s'entendre moins dans un orchestre. Ensuite finalement, ce n'est pas un critère de choix. La réflexion de Jeremy était très bonne. Holder fait des choses magnifiques et envoutantes sur un basson allemand ( avez-vous déjà entendu les concerti de Danzi por son interprétation). Tout comme Ugo, je pense que la guerre allemand/français a fait des ravages. Mais à Brest il n'en reste aucune trace ( vive la polyvalence!).

le problème, c'est que cette pseudo-guerre continue à faire des ravages, et la plupart du temps ce n'est même pas à cause des bassonistes entre eux. Ce sont d'autres instrumentisites qui ont vaguement entendu parler des deux systèmes où bien les chefs d'orchestres eux-mêmes.
Il faut vraiment que ça cesse!!!!!!
:pan

Permalien

Bonjour à tous
Il serait judicieux de voir la complémentarité des deux systèmes, à commencer par la différence de couleur du son et des possibilités d'effets spéciaux.

Il y a une richesse dans l'existence de deux systèmes, mais l'autre zouave ankouniforme nous fait croire que c'est une guerre...et ça le devient.
Bon. Quelqu'un peut-il clairement donner les avantages de chaque instrument ?

Ou a contrario, n'y a-t-il pas, pour à système donné, plus de différence entre deux facteurs extrèmes qu'entre deux instruments proches, mais de systèmes différents?

Pour ma part, je suis organiste : il n'y a pas deux orgues pareils, ni en réalité deux claviers et encore moins deux jeux pareils, compte tenu du buffet et de l'église. Alors, on ne pourrait jouer les concertos pour orgue et orchestre d'un Haendel ou d'un Corette qu'avec un seul orgue et un seul écrin? C'est ridicule.

Au passage, un petit coucou à Brest et particulièrement à François Espinasse (le prof d'orgue, quand j'étais à la Baille....)

Permalien

Je finis juste le message précédent : l'idéal n'est-il pas, pour les enfants, d'apprendre simultanément sur les deux systèmes, en laissant l'expertise technique s'orienter naturellement vers l'un d'eux, au gré de l'enfant grandissant, sans jamais abandonner la fréquentation de l'autre?

Est-ce une ineptie, ce que je viens d'écrire?
Votre réponse m'intéresse, car mon fils Corentin (8 ans) entame sa deuxième année au CNR de Cergy avec joie et détermination...et nous allons bientôt acheter un instrument.

Bien à vous
Hervé

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <b><img src alt height width> <h1> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Filtre manquant. Tout le texte est retiré
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.