2èmes journées

2èmes journées nationales

de rencontre et réflexion pédagogique

"Fou de basson"

 

 

10 et 11 novembre 2012

Ecole Municipale de Musique de Gannat (03)

Programme et contenu de ces journées :

  • Echanges d'expériences
  • Travail sur les contenus pédagogiques par cycle
  • Concert-rencontre autour du basson avec les participants de ces journées.
  • Travail sur les répertoires.
  • Contraintes et nouvelles directives locales et nationales

Participants :

Directeur :

Walter Renoux (Ecole Municipale de Musique de Gannat)

Professeurs :

  • Olivier Buisson (CRR Clermont-Ferrand et Ecole Municipale de Musique de Gannat)
  • Pierre Cathelain (CRD Villeurbanne et CRD de Bourgoin-Jallieu)
  • Aoileann Fidler (Ecoles de musiques de l'Allier)
  • Franck Leblois (CRD Angoulême)

Bassonistes amateurs :

  • Jean Broyer
  • Annie Chabasse
  • Catherine Jambon

Planning

Samedi 10/11/2012

9h

Accueil / Café

9h30 - 10h30

Présentation :

- participants

- programme des 2èmes journées

- échanges d'expériences

10h30 - 11h30

Concertation pédagogique

Objectifs et acquisitions par cycle d'apprentissage.

11h30 - 12h30

Répétition

12h30

Repas

14h - 15h30

Atelier

Le système d'enseignement en Irlande

par Aioleann Fidler

16h

Pause

16h30 - 18h

Concertation pédagogique

Objectifs et acquisitions par cycle d'apprentissage.

18h

Concert

20h30

Repas

 

Dimanche 11/11/2012

9h

Accueil / Café

9h30 - 11h

Concertation pédagogique

L'évolution de l'enseignement du basson : les dispositifs actuels, les difficultés rencontrées, la formation musicale...

11h - 12h30

Concertation pédagogique

Répertoire par cycle

12h30

Repas

14h - 16h

Concertation pédagogique

Répertoire par cycle

16h

Pause

16h30 - 18h

Bilan :

Le travail accompli durant ces journées.

Les prolongements possibles.

Les projets pour les prochaines journées.

 

L'évolution de l'enseignement du basson : échanges d'expériences.

 

Les dispositifs d'enseignement du basson actuellement

L'apprentissage se pratique encore essentiellement selon un modèle d'enseignement individuel.

Dans certaines écoles cependant, on commence à proposer aux élèves de débuter par un travail collectif (orchestre). On ne pourra en mesurer les effets que dans une dizaine d'années.

Il faudrait parvenir à trouver un équilibre entre ce qui existe actuellement et ce qu'on pourrait faire évoluer.

 

Les difficultés rencontrées et quelques aménagements possibles

Même si on débute par une pratique d'ensemble, il faut aussi à un certain moment "travailler".

Or aujourd'hui, les professeurs sont confrontés à un public différent, qui veut de moins en moins fournir d'efforts pour ce travail. Un taux important d'abandons, notamment en fin de cycle 1, conforte ce constat.

Le professeur doit expliquer à l'élève ce qu'il peut lui apporter en lui proposant cet accompagnement.

Au cours de son cursus, un élève peut parfois avoir besoin de "souffler" un peu ; il faut savoir lui aménager des pauses en relâchant un peu la pression, pour qu'il puisse "repartir".

On peut aussi organiser le cours d'instrument comme un atelier (par exemple : proposer à l'élève d'assister au cours précédent).

L'organisation de moments plus conviviaux permettent également d'impliquer les parents.

 

Et la formation musicale ?

L'enseignement de la formation musicale doit lui aussi évoluer.

Un travail de "solfège" est déjà réalisé en cours d'instrument.

Parfois ce travail se pratique à l'orchestre, sous la conduite de professeurs de FM qui font travailler des notions précises sur une période donnée.

Dans ce cas, un bilan des acquisitions est réalisé régulièrement afin de programmer les nouvelles notions à travailler.

A l'étranger (Irlande ou Royaume-uni par exemple), on ne commence "le solfège" qu'à la fin du 1er cycle d'instrument.

 

Une nouvelle mission pour les professeurs ?

Un dernier constat est fait : actuellement, plus que jamais, il faut expliquer aux familles et aux élus, l'importance d'une pratique musicale.

 

Les contenus pédagogiques par cycle

Il s'agissait de poursuivre le travail réalisé en 2011 lors des 1ères rencontres pédagogiques à Angoulême, sur les objectifs et acquisitions de fin de cycle, en tenant compte du document-cadre.

Ces tableaux sont des repères pour l'élève ainsi que pour le professeur qui peut ainsi situer son élève dans le cycle.

Il faut rappeler que les cycles ont été créés comme des réservoirs d'acquisitions permettant une souplesse et une liberté d'action.

Au-delà de l'évaluation de fin de cycle qui ne peut pas tout montrer, ils permettent au professeur et aux membres de jury de faire le bilan des compétences réelles de l'élève.

 

Gannat – 10 / 11 novembre 2012

French