4èmes journées de rencontre et de réflexion pédagogique

4ème journée nationale

de rencontre et réflexion pédagogique

"Fou de basson"

affiche-congres-anches-web_0_0.jpg

25 octobre 2013

CRD Gautier-d'Epinal (88)

Programme et contenu

Concertation pédagogique :

- Echange d'expériences

- Travail sur les répertoires par cycle

 

Conférences :

- Le grattage des anches : "entre conception et philosophie, quel grattage ?

(Conférence de Franck Leblois)

- Expérimentation de l'apprentissage par l'orchestre

(Conférence de Pierre Cathelain)

 

Débat :

- L'évolution des classes de basson

 


Participants :

Professeurs :

Yael Burger : Boulay (57) / Terville (57)

Pierre Cathelain : CRD Villeurbanne (69) / Bourgoin-Jaillieux (38)

Gilles Daudin : CRD Grand-Couronne (76)

Philippe Gaillard : CRD Val d'Yerres (91)

Franck Leblois : CRD Angoulême (16)

Ludovic Tissu (CRR Cergy-Pontoise (95)

Compositeur :

William Goutfreind

Bassonistes amateurs :

Jean Broyer

Michel Gerard

Catherine Jambon


Planning

 

Matin : Commissions

9h30

Accueil / Café / Présentation

10h - 10h30

Présentation :

- participants

- programme des 4èmes journées

- échanges d'expériences

10h30 - 12h

Concertation pédagogique

Le répertoire par cycle

Commissions travaillant sur les répertoires par cycle.

12h

Repas

Après-midi : Conférences / débats

14h - 15h

Conférence : Le grattage des anches : "entre conception et philosophie, quel grattage ?"

(Conférence Franck Leblois)

15h - 16h

Conférence : Expérimentation de l'apprentissage par l'orchestre (Conférence Pierre Cathelain)

  • Présentation du projet de l'enm de Villeurbanne où les élèves débutent l'instrument et l'orchestre en parallèle.

16h - 17h

Évolution des classes de basson.

Retour d’expériences.

  • Les élèves

    • profil de l'élève : âge pour débuter, origine sociale ...

    • fréquentation des élèves

    • le devenir des élèves

  • Les instruments

  • quel parc instrumental ...

17h – 18h

Bilan :

Le travail accompli durant ces journées.

Les prolongements possibles.

Les projets pour les prochaines journées.


Présentation de la 4ème journée

Rappel des journées précédentes

Présentation aux participants des documents "Carnets et objectifs d'acquisition par cycle" 

Ces documents restent perfectibles. 

Il convient de les adapter par chacun en fonction du contexte.


Echanges d'expériences

L'intérêt de ce travail est de : 

- mettre à disposition des profs des outils

- réfléchir aux étapes d'apprentissage

- intégrer les nouveautés : évolution de l'instrument, âge des élèves qui débutent, moins de suivi de la part des familles,

préoccupations et capacité de concentration des élèves, ...

- partir d'un document pour s'en échapper aussi.

- choisir des morceaux en fin de cycle 

 

 

C'est essentiel pour les "non bassonistes" : pour les familles, pour les directeurs, pour que lors des évaluations de fin de cycle il n'y ait pas de souci avec les jurys. 


Conférences


L'anche double basson.

"Entre conception et philosophie, quel grattage ?"

(Résumé de la conférence de Franck Leblois)

 

Derrière le grattage, il y a la conception qu'on se fait de l'instrument.

 

L'anche répond à 2 critères : acoustique et artistique. Elle doit faire fonctionner l'instrument et doit permettre à l'instrumentiste de réaliser ses performances techniques.

Sa place est essentielle dans la pratique.

Les cotes des anches sont à peu près les mêmes pour les deux systèmes.

Le grattage est un peu une recette. C'est savoir commencer mettre en balance les différents paramètres. Il doit tenir compte de individu.

Ce qui fait un bon grattage, c'est une bonne architecture de l'anche, d'où l'importance du montage.

Trois éléments doivent être mis en relation : l'anche, le musicien, l'instrument.

Pour l'anche, la densité joue sur la qualité. Les roseaux ont toujours été cultivés.

Avant de gratter, il faut toujours commencer par un diagnostique. Le facteur temps est important.

Il y a deux fonctionnements de vibration : l'un longitudinal, l'autre transversal.

Dans la palette, il y a différentes parties à gratter qui correspondent chacune à un résultat : justesse, grave, souplesse, aigu.

Les formes utilisées comptent : par exemple, les formes tulipes donnent de la rondeur au son mais sont instables en justesse.

Les bases à rechercher pour une meilleure stabilité :

- ouverture d'anche

- qualité du roseau

- force de la palette

- profil adapté.

Les tests d'équilibre permettent de connaître les zones à gratter.

Il faut avoir la sagesse de rechercher un équilibre entre le temps de grattage et le travail technique.

Le grattage purement scientifique est imparfait car on laisse de côté le pôle artistique.

Il faut laisser un peu d'irrationnel.

 


Expérimentation de l'apprentissage par l'orchestre

au CRD de Villeurbanne

(Résumé de la conférence de Pierre Cathelain)

En 2009, un nouveau dispositif voit le jour à l'Ecole Nationale de Villeurbanne : il s'agit de l'Enseignement Par l'Orchestre (ou EPO).

Les élèves débutants commencent la musique dès le début au sein d'un orchestre.

Ils bénéficient d'une heure de cours individuel (ou collectif) d'instrument et d'une heure de pratique collective.

60 élèves sont concernés.

Par la suite, un autre fonctionnement a été mis en place pour résoudre quelques difficultés repérées dans le dispositif initial : gérer les problèmes de timbres, réintroduire de la formation musicale...

En 2011 naissent ainsi les Ensemble Mixtes Instrumentaux (ou EMI)

Les élèvent suivent une heure de formation musicale, une heure de pratique collective et une heure de cours instrumental (cours individuel ou collectif selon chaque professeur).

Les trois cours étant groupés, cela n'impose qu'un seul déplacement pour les parents.

Les élèves passent dans différents ateliers pour y découvrir et travailler un certain nombre de notions :

- l'écoute

- l'improvisation, la création ou l'illustration

- la découverte d'esthétiques variées : blues, chansons enfantines...

- le travail corporel et vocal.

- l'appropriation de différents types de codages

- une initiation à la gestique de direction

- un travail sur l'organologie grâce aux présentation d'instruments réalisés par les élèves les plus anciens.

- la présentation devant un public

A l'issue de chaque projet, les élèves s'autoévaluent et le professeur fait le point avec lui. L'élève peut voir où il se situe au début et à la fin du projet et mesurer ainsi son évolution.

(voir fiche d'évaluation)

Exemples d'ateliers :

Atelier blues

Au cours de cet atelier, ils ont appris

- à retrouver les sons avec leurs instruments

- à retrouver la pulsation et la taper.

- à retrouver les carrures.

- à réaliser une improvisation

Atelier illustration sonore d'un dessin animé :

Les élèves ont fait un travail d'improvisation avec un certain nombre de contraintes :

- suivre l'image et produire un son qui suit le mouvement (monte ou descend)

- démarrer avec l'image

- respecter une organisation

(voir films)

Le bilan de ce dispositif :

Ce dispositif est en cours d'expérimentation et il n'y a pas encore de recul suffisant. De plus, le travail pour le deuxième cycle commence juste.

On peut cependant faire un premier constat

- Les élèves développent une capacité d'écoute plus grande.

- Ils ont moins peur de jouer, osent improviser et leur réaction est plus rapide.

- Il y a une émulation qui se crée entre les enfants qui se retrouvent d'une année à l'autre. Leur motivation est plus grande. Il y a moins d'abandon de cursus.

- L'apprentissage est plus long (5 ans)

- Pour la FM, la périodicité est trop courte pour bien assimiler une notion (5 semaines)

- Les cours individuels sont nécessaires pour réaliser le travail technique, les élèves ont besoin d'être aussi en tête-à-tête avec leur professeur.

Si on compare deux élèves qui ont eu des cursus différents, on peut noter qu'ils n'ont pas les même compétences.

Ce dispositif nécessite un véritable travail d'équipe et des échanges entre les professeurs.

- quelle philosophie a-t-on de l'enseignement ?

- quel type d'élève veut-on former ?

- veut-on maintenir une évaluation finale ou préfère-t-on une évaluation continue ?

Chaque professeur doit réaliser un travail préparatoire pour ses collègues (quels doigtés pour tel niveau)

Le professeur qui mène un atelier doit accepter les remarques de ses collègues.

Mais ce travail est réellement enrichissant.


Débat sur l'évolution des classes de basson en France

Tour de table où chacun donne son point de vue...

  1. Problématique du prix des instruments dans l'évolution d'une classe....

L'état se désengage de plus en plus.

Comment faire pour demander aux famille d'acheter ces instruments ?

- Système de bourses

- Partenariat avec un magasin de musique : location par mois puis les parents peuvent acheter en déduisant ce qu'ils ont mis.

- Les luthiers ne baissent pas leurs prix. Une discussion avec eux permet de négocier un peu les prix.

- Une solution passe par des modèles pour les enfants. (Yannick Ducasse)

- Certaines familles préfèrent louer des bassons plutot que de l'acheter.

  1. Problème de diminution des heures dans certaines classes (transformation d'un poste de 16h à 8h par exemple...)

(Le sujet n'a pas été abordé)

  1. Quelles actions pour recruter des élèves...

• Le fait de jouer devant le public permet de recruter des élèves. Le choix des oeuvres est important car il donne envie de jouer.

• Dans certaines écoles, il peut y avoir une tarification spécifique pour le basson. Les élèves disposent en même temps d'un instrument. Mais on peut s'interroger sur la motivation des élèves qui choisissent alors le basson.

• Il y a un problème de représentation de l'école de musique dans l'esprit des familles. Pour certains, les écoles de musique ne sont pas pour eux.

• Il y a des abandons dus à la FM.

On peut mettre en place un système de contrat entre l'élève et la direction. C'est bien pour les élèves qui ont des difficultés.

Il faut expliquer aux parents qu'il faut du temps pour faire de la musique.

On peut rappeler le projet de Gérard Lefèvre : "Même s'il arrête, il aura fait du basson."

• On manque de structures pour les amateurs adultes. Il y a des propositions de travail à leur faire.

French